Nos traditions en danger !

Depuis quelques semaines, les manadiers ont tiré un signal d’alarme sur un danger, peut-être plus important que les velléités des services de l’Etat à réduire les jours de fêtes votives ou les heures de fermeture des bars et bodégas.


Un danger, peut-être plus sournois que les actions des « anti-tout », qui après la Corrida s’attaquent maintenant aux traditions camarguaises, allant jusqu’à faire interdire l’encierro à l’eyraguaise !


Ce danger vient des assureurs qui refusent de couvrir les manifestations taurines et imposent aux manadiers des augmentations de cotisations insupportables pour les éleveurs.


Béranger Aubanel, Claude Chaballier, Renaud Vinuesa, entre autres, se sont déjà exprimés sur leurs inquiétudes et des motions de soutien ont fleuri çà et là. C’est bien, mais cela ne suffira peut-être pas !


Un député s’est engagé à porter le dossier aux plus haut de l’Etat. C’est bien, mais isolé son action aura-t-elle tout le poids nécessaire ?


Alors, bien sûr facile de discourir, mais au final que faire ?


Lundi soir en Mairie, comme l’a décidé le dernier Conseil Municipal se tiendra une commission ad’hoc, nous recevrons Béranger Aubanel et les éleveurs locaux ainsi que diverses personnes qualifiées.

Aux élus de la majorité seront associés les représentants de deux groupes de l’opposition, et compte tenu de la proximité des élections municipales, j’ai souhaité que les autres candidats puissent en faire partie.


L’enjeu du débat, c’est la survie de nos traditions et de notre culture camarguaise au-delà des clivages politiques et des ambitions personnelles.

Nous devons tous nous rejoindre dans ce combat !


Faudra-t-il comme en 1921 que les tridents se lèvent à nouveau !