MONTREDON 40 ANS APRES

Comment ne pas se souvenir de ce drame où le rouge du vin du Languedoc prit en quelques secondes la couleur rouge du sang.

En 1976 à quelques kilomètres de Narbonne, c’est la viticulture du midi qui veut crier son désespoir, en grande partie dû aux importations massives de vins italiens.

Mais c’est toute l’agriculture française qui est en crise et François Henri de Virieu l’a parfaitement décrit et expliqué dans son ouvrage référence la fin d’une agriculture (1967) .

Dans la France de l’après-guerre le plan Monnet, qui va lancer l’ère de la modernisation et de la productivité de l’agriculture, provoquera la première brèche dans l’individualisme paysan. L’Institut National de Recherches Agronomiques remplacera auprès des jeunes le savoir ancestral des anciens et la Politique du Remembrement placera le paysan face à trois interlocuteurs : le politique, le géomètre et le Crédit Agricole.

Ce sera la course vers toujours plus de  production et l’arrivée des engrais, pesticides et fongicides qui vont empoisonner les sols.

Les années 60 seront marquées par la Politique Agricole Commune Européenne et 1976 verra le début des quotas imposés par Bruxelles.

Quarante ans après le traumatisme de MONTREDON est encore dans toutes les mémoires. montredon_1977

montredon-regard-croise-de-deux-generations-de-vignerons-36_192806_516x343