Discours hommage du maire d’Aigues-Mortes à l’occasion de la journée Robert Marchand-Luc Mézy Fête votive 2016

J’ai récemment eu l’occasion de citer le témoignage de  Noël Daniele, ancien raseteur qui nous fait l’amitié d’être présent parmi nous. Voici ce qu’il disait à propos de Robert Marchand :

Un corps d’athlète au service d’une gueule de jeune premier de cinéma, un port de tête conquérant, ainsi apparaissait Robert pour le profane assis sur les gradins. Mais pour le connaisseur quel régal ! La trajectoire millimétrée de ses courses, la sûreté de son coup de main et sa flegmatique facilité à la rencontre du taureau s’apparentait à un ballet que n’aurait pas renié le plus rigoriste des chorégraphes…. ” Il ajoutait : ” là où les autres n’avaient même pas la possibilité de poser la main, lui se permettait de donner deux et parfois trois coups de crochet à une ficelle, avant de se dégager et de terminer à la barrière par une spectaculaire enfermée!

Dans ce portrait tout est dit sur la classe à l’état pur de ce fils d’Aigues-Mortes, un artiste avec un A majuscule dans une tenue blanche.

5346011-rami-et-robert-marchand

Ses exploits ont ensoleillé toutes les arènes de Provence et du Languedoc, il sera vainqueur des deux plus prestigieuses courses camarguaises: Le trophée des AS en 1969 et à quatre reprises La Cocarde d’Or, cette course fabuleuse, en 1967,1969, 1973 et 1978.

C’est le 31 janvier 1996 que Robert nous a quittés, beaucoup trop tôt, après avoir courageusement lutté contre un adversaire beaucoup plus sournois que tous ceux qu’il avait affrontés, à la loyale en piste.4654-r-marchand

                             


Mais Robert avait transmis sa science à une nouvelle génération d’hommes en blanc en devenant en 1975 éducateur à l’Ecole Taurine de LUNEL. L’un de ses élèves tenait à l’honorer, il nous fait la gentillesse et le plaisir d’être, avec nous : Monsieur Jean-Marc Togneti !

Enfin, avant de ranger définitivement son crochet de raseteur, Robert devait prodiguer ses précieux conseils à deux jeunes” ventres bleus” débutants, les frères Mézy , Christophe et Luc. 


Luc Mézy aurait dit que par goût du sport il aurait pu être footballeur, il a choisi la tenue blanche pour devenir le Zidane du raset et cela aucun aficionado ne le regrette.

Dès ses premiers rasets les puristes voient en lui un futur patron des pistes avec un style à la fois plaisant et rageur laissant deviner un tempérament de gagneur et de vainqueur.

En 1983 Luc et Christophe accèdent aux As avec Robert Marchand à la “tourne”.

De 1984 à 1990, pendant six années Luc remportera un nombre impressionnant de Coupes, Trophées ou Palmes avant d’atteindre le “Graal” le 7 novembre 1990 à Nîmes avec sa première victoire au Trophée des As devant Christian Chomel ( excusez du peu ) et un certain Michel Leblanc !

Bravo Michel !

Luc remportera à nouveau le Trophée des AS en 1991,1993 et 1994, rejoignant ainsi une autre légende blanche Christian Chomel.

Luc, ta devise était m’a-t-on dit, de lever les attributs en faisant briller le cocardier. C’était bien là ton formidable talent.

Écoutons à nouveau Noël Daniele à propos de Luc Mézy:

Il possédait la faculté exceptionnelle de se dégager en trois foulées des situations les plus périlleuses. Sa facilité à la rencontre du taureau, générée par un très pur et classique “raset de face” additionné d’un méticuleux coup de crochet, lui permettait de glaner de nombreux attributs, ce qui explique son prestigieux palmarès. En dépit de son rigorisme et d’un certain détachement, Luc avait su s’attirer en piste, le respect, l’estime et la reconnaissance de ses pairs, et encore aujourd’hui, tous parlent de lui avec une pointe d’admiration dans la voix. C’est sans doute le plus beau compliment qui puisse s’adresser à notre ami”.

barulaire-cavalini-luc-mezy-12-08-1991-1-jpg

Robert, Luc, Christophe, Michel, Eric et Fredy vous les enfants d’Aigues-Mortes, c’est tout le peuple des ventres bleus qui vous dit Bravo et Merci!!!

la-fille-de-robert-marchand-et-luc-mezy-au-centre-etaient_2139945_667x333