Adessias Alain…

Alain Jeanjacques est parti rejoindre dans une autre vie, une autre Camargue où l’attendaient d’autres « ventres bleus ». De lui je garde, entre autres, le souvenir de mon premier match en équipe première de l’USSA. C’était le temps des vendanges à Sommières. J’avais tout juste 17 ans , il m’avait pris « sous son aile » tout au

14 Juillet 2017

Il y a quelques décennies déjà Jean Ferrat chantait :  » 14, c’est fou comme t’es triste quand sur un monument t’es suivi de 18….14, c’est fou comme t’es gai quand au calendrier t’es suivi de juillet! ». 14 suivi de juillet est, et restera, un jour de joie et de gaieté symbolisant l’union des français

Discours hommage du maire d’Aigues-Mortes à l’occasion de la journée Robert Marchand-Luc Mézy Fête votive 2016

J’ai récemment eu l’occasion de citer le témoignage de  Noël Daniele, ancien raseteur qui nous fait l’amitié d’être présent parmi nous. Voici ce qu’il disait à propos de Robert Marchand : Un corps d’athlète au service d’une gueule de jeune premier de cinéma, un port de tête conquérant, ainsi apparaissait Robert pour le profane assis

L’ambassadrice des Etats Unis à Aigues-Mortes

  En 1787, le 3ème président des Etats-Unis,  Thomas JEFFERSON alors ambassadeur des Etats-Unis en France visitera le Sud de la France, dans sa volonté de rétablir les liens commerciaux entre nos deux pays, il manifestera un intérêt constant pour l’architecture romaine (Maison Carrée, Pont du Gard, Cité d’Aigues-Mortes…). A l’occasion de la commémoration du

Edito#1

Pour la première fois dans notre pays, nous allons fêter la Fraternité du 2 au 10 Novembre 2016, ce mot inscrit sur le fronton des mairies qui après Liberté et Egalité vient compléter la devise de la République Française. Dans un monde toujours plus incertain, où les communautarismes gagnent du terrain, où le fanatisme frappe

MONTREDON 40 ANS APRES

Comment ne pas se souvenir de ce drame où le rouge du vin du Languedoc prit en quelques secondes la couleur rouge du sang. En 1976 à quelques kilomètres de Narbonne, c’est la viticulture du midi qui veut crier son désespoir, en grande partie dû aux importations massives de vins italiens. Mais c’est toute l’agriculture

Chers concitoyens

Chers concitoyens, Je n’ajouterai pas de mots aux mots pour évoquer  le nouveau traumatisme vécu par notre Patrie. Déjà au soir du 11 janvier j’écrivais qu’il « n’y avait aucun mot assez fort pour qualifier une telle barbarie, planifiée et perpétrée froidement ». Comme en janvier, je l’affirme et nous l’affirmons toutes et tous : « nos drapeaux seront en