Hommage à la Manade Puig

Au sud de la France, là où le Rhône se jette dans la mer, il est un pays presque désertique appelé la Camargue, où vivent encore des troupeaux de chevaux sauvages.

Ces mots sont les premiers de l’œuvre de Denis Colomb de Daunant : CRIN BLANC.

Qui ne connait cette histoire d’amour entre ce cheval et le petit pêcheur Folco?

Aujourd’hui, dans notre plan ancestral et mythique, nous rendons hommage  à une autre histoire d’amour entre le cheval de Camargue et la famille Puig.

C’est en 1928 qu’Auguste Puig, appelé plus familièrement POUCH sélectionne, achète ses premières juments et s’installe  dans les pâturages d’Aigues-Mortes. Il prend comme marque à feu l’As de Trèfle et l’affixe du Boucanet.

Dix ans plus tard les juments pâturent sur la Commune du Grau du Roi où l’élevage va s’agrandir pour atteindre son apogée dans les années 70 où Auguste et son fils Roger vont fournir des chevaux de travail aux manadiers, gardians professionnels ou amateurs.

Entre temps, en 1964, Auguste et ses confrères Fourmaud, Yonnet et Jalabert créent l’Association des éleveurs de chevaux race Camargue.  En 2010 la petite-fille d ‘Auguste entrera au Conseil d’Administration de l’Association dont elle est aujourd’hui la Trésorière.

Car c’est en décembre 2009 qu »Aurélie prend les rênes de la manade et s’installe comme jeune agricultrice.

Aujourd’hui selon ses propres mots « elle, la pharmacienne qui a repris le flambeau familial voue tout son temps à la manade », une manade qui voit naître une dizaine de poulains par an.

1928- 2018 , la manade Puig a reçu tous les prix : aptitude au tri, approbation des étalons, championne de race des juments suitées avec Pougaou, Quovadis, Rému, Torpille et enfin il y a deux ans le prix Fanfonne Guillerme avec Venise du Boucanet, championne de la Race camargue.

De nos jours, les chevaux marqués à l’As de trèfle sont présents non seulement en France mais également sur tous les continents Europe, Afrique, Amérique ou encore Asie.

En terre camarguaise les traditions sont fortes, solides et fières. Trois générations de Puig représentent ces traditions depuis maintenant 90 ans.

C’est à ces trois générations qui ont, et ont eu, l’amour de la Camargue et du Cheval de Camargue chevillé au tripes que le peuple des « ventres bleus », dans son plan, aux pieds de ses remparts et en ce premier dimanche de sa foire, rend hommage à Auguste, Roger et Aurélie.

Merci !

Pierre Mauméjean-Maire d’Aigues-Mortes

Plan d’Aigues-Mortes le 8 Octobre 2018


CRÉDIT PHOTO LUDOVIC PERRIER OCTOBRE 2018, Merci à lui pour ses photos exceptionnelles.